Les voies des images: Béatrice Joyeux Prunel, Maria Giulia Dondero, 11/4, Villa Arson

La dernière séance de l’année du séminaire « Les voies des images » organisé à la Villa Arson (Nice) par le Sic.Lab (UCA) dans le cadre du projet ANR CROBORA aura lieu lundi 11 avril à 17h30.

Séminaire interdisciplinaire de recherche 

“Les Voies des Images” 

Le 11 avril 2022 de 17h30 à 19h30

Villa Arson (amphithéâtre 3)

*********************

● Béatrice Joyeux Prunel – Université de Genève :

La circulation des images au prisme d’une étude multiscalaire – le cas des images imprimées en Europe au XXe siècle. 

 Maria Giulia Dondero – Université de Liège : 

Le trajet de la sémiotique visuelle : du structuralisme au Material (Digital) Turn.

Europe et viralité médiatique, JE, Luxembourg, 8/4/2022

Europe et viralité médiatique

https://maison-schuman.uni.lu/2022/03/17/europe-and-media-virality/

Cette journée d’études est co-organisée par le C2DH de l’université du Luxembourg (axe EHI), le laboratoire Sic.Lab Méditerrannée de l’Université Côte d’Azur, le projet ANR CROBORA (UCA, Sic.Lab), et le projet FNR HiVi (C2DH, UL).

Maison Robert Schuman (https://maison-schuman.uni.lu/)

21, Place Sainte Cunegonde L-1367 Luxembourg

Vendredi 8 avril 2022

  • Accueil et introduction (Frédéric Clavert, Valérie Schafer, Matteo Treleani)

9.30-11.00 Table-ronde « Archiver la viralité »

Intervenants : Emanuele Balossino (Mediaset), Karima Boulif (Parlement européen), Ben Els (BNL), Yves Maurer (BNL), Anne Pavis (INA), Andrea Scaranari (Mediaset) , Eve Van Soens (Parlement européen)

11.00 Pause café

11.30-12.00 Discussion

12h00-13h00 Déjeuner (sur place)

13.00-14.30 Présentation des projets HiVi et CROBORA

  • Valérie Schafer : HiVi, Historicizing European online virality
  • Matteo Treleani : CROBORA, Understanding the Circulation of European Audiovisual Archives

14.30-15.00 Pause café

15.00-16.30 Cas d’études

  • Dario Compagno (Université de Paris Nanterre) :Analysing the Iconic and Plastic Dimensions of Images with Computational Tools.
  • Jessica Pereira (UL) : European Shared Challenges: A study by MAHEC students
  • Shiming Shen (UCA) : How to bring out symbolic images? EU salient moments in French TV news.

Datasprint Ina/Nanterre

La 3ème édition du Datasprint de l’EUR Artec, organisée par Marta Severo et Antonin Segault en collaboration avec Claude Mussou de l’Ina s’est déroulée du 7 au 13 mars 2022 à l’Inathèque (BnF). Étudiants et chercheurs ont travaillé sur les représentations médiatique de l’Union Européenne. Les données de CROBORA ont été au cœur de deux sujets de travail.

Le projet de Shiming Shen associé à l’Ina et labellisé Présidence Française de l’UE

Shiming Shen doctorante au sein de CROBORA est maintenant chercheuse associée à l’Institut national de l’audiovisuel. Son projet de thèse est également labellisé Présidence Française du Conseil de l’Union Européenne 2022.

Les voies des images, 4 mars, Laurence Allard et Aline Caillet

Les voies des images

Villa Arson

4 mars, 18h-20h

Amphithéâtre 3

Laurence Allard: Quelles voies pour une écocritique des images numériques? Entre technocritique et écomédiation.

Aline Caillet: Quand la pratique artistique s’invite sur les réseaux sociaux : le double régime de circulation des images à l’ère du numérique.

“Rai Teche in Cattolica: due anni di studi e il progetto CROBORA “

Le projet CROBORA et l’accord entre RAI TECHE et l’Università Cattolica de Milan sont à l’ordre du jour de la newsletter de la Cattolica: https://unicatt.mag-news.it/nl/link?c=7vb&d=1ka&h=322knrhs13bhv52p8t23jtnfrb&i=367&iw=1&p=H212920599&s=lp&sn=qb&z=187o

Conférence de Marta Severo: Plateformes contributives culturelles – 25/2/2022

Université Côte d’Azur – Campus Carlone – Salle du Conseil

le 25 février 2022

Plateformes contributives culturelles : enjeux théoriques et méthodologiques

Marta Severo – Université de Paris Nanterre

Ces dernières années, le développement des technologies numériques a donné un nouvel essor à la figure de l’amateur, notamment dans le domaine culturel. Plusieurs institutions ont ouvert des plateformes contributives, pour permettre aux amateurs, ou plus généralement aux citoyens, de participer à la construction des savoirs. Cette communication vise à proposer une nouvelle approche théorique et empirique pour étudier les plateformes contributives culturelles. En rejetant l’idée de plateforme comme espace numérique unique et autosuffisant, nous proposons de considérer et d’analyser la plateforme contributive comme un dispositif multi-espace mettant en relation les espaces numériques des amateurs et des institutions. Nous approfondirons le cas d’étude d’1 Jour 1 Poilu.

Marta Severo est professeure des universités en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Nanterre et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Elle est membre et directrice adjointe du laboratoire Dicen-IDF. Les pratiques participatives et contributives en ligne, les représentations du territoire par les données du web, l’analyse des médias sociaux et la visualisation de l’information figurent parmi les thématiques de recherche qu’elle développe. Elle a obtenu plusieurs financements (en particulier le projet ANR COLLABORA sur les plateformes contributives culturelles). Elle a récemment publié la monographie L’impératif participatif. Institutions culturelles, amateurs et plateformes (2021). En 2019, elle a rejoint le conseil scientifique d’Open Edition.

Seminar: Les voies des images. Patrizia Laudati, Marcello Barison, 4/2, Villa Arson

4 FÉVRIER 2022

Villa Arson – Nice – Amphithéâtre 3

17h30-19h30

Psychanalyse de trois villes. De Manhattan à Pudong via Chicago Marcello Barison (Freie Universität Bozen)

L’image de la ville – Patrizia Laudati (Université Côte d’Azur)

Seminar: Les voies des images. Massimo Leone, Marion Zilio; 15/10/21 Villa Arson

Visages, serendipité et intelligence artificielle
Massimo Leone – Università di Torino/University of Shanghai

L’intelligence artificielle appliquée aux images complexes relève d’un défi : conçue avant tout selon le modèle narratif de la trajectoire, elle peut facilement gagner n’importe quelle partie d’échecs avec un humain, mais elle est en difficulté en conduisant une voiture, du moins pour le moment. En effet, appliquer la logique déductive ou inductive à des systèmes extrêmement complexes peut donner lieu à des obstacles insurmontables. La sémiotique, qui hérite de la sagesse de la sérendipité orientale à travers le filtre de la philosophie moderne de Voltaire, Peirce, Eco, entre autres, peut jouer un rôle fondamental dans la refonte de l’intelligence artificielle contemporaine, qui devra nécessairement inclure une réflexion sur la sérendipité, et donc sur l’abduction, pour relever les défis de systèmes complexes et, notamment, de la « vision artificielle ». La conférence retracera l’histoire de la philosophie de la sérendipité, mettant en évidence l’importance qu’y joue un élément en particulier, le visage, à partir d’un portrait de femme adoré par l’écrivain anglais Horace Walpole — inventeur du mot « sérendipité » — jusqu’à aux visages perçus, lus, et interprétés par l’intelligence artificielle contemporaine.

Massimo Leone est ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’École de France à Rome, docteur de l’EPHE-Sorbonne, Professeur de Sémiotique, Sémiotique visuelle, Sémiotique de la Culture et Philosophie de la Communication auprès du Département de Philosophie de l’Université de Turin et Professeur à temps partiel de Sémiotique auprès du Département de Langue et Littérature Chinoises, Université de Shanghai, Chine. Auteur d’une quinzaine de volumes, éditeur d’une quarantaine d’ouvrages collectifs, auteur de près de cinq cent articles dans des revues scientifiques, professeur invité dans les cinq continents (Professeur invité à la Sorbonne, au Collegium de Lyon, au Centre d’Études Avancées de Paris-Seine). Bénéficiaire d’un financement ERC « Consolidator » (2019-2024)

Visage-Monde
Marion Zilio – Docteure en esthétique, critique d’art

Jamais le visage n’a été aussi représenté et solidement installé dans l’histoire de l’humanité ; jamais, simultanément, il n’a paru aussi menacé par le vide existentiel et la prédation algorithmique. Au sein de cet obscur écartèlement, le visage semble fonctionner contre lui-même en se consumant du dedans. Or, il n’est sans doute plus question de dedans ni même de dehors, mais de milieu, d’écologie ou de flux auxquels il s’agit de coller, de s’adapter, voire de suivre les modulations imperceptibles… Des masques aux selfies, de la physiognomonie à la reconnaissance faciale, l’histoire du visage est l’histoire d’une invention qui s’ignore. Objet de « réflexion », au double sens du terme, le visage demeure un moyen d’accéder, voire d’anticiper, les paradigmes d’une époque.

Marion Zilio est autrice, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante.
Docteure en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, elle est l’autrice de Faceworld. Le visage au 21e siècle (PUF, 2018 ; Polity Press, 2020) ainsi que Le livre des larves. Comment nous sommes devenus nos proies (PUF, 2020). Elle enseigne actuellement à l’Université de Paris 8 dans l’UFR Art, Philosophie et Esthétique et a été professeure invitée à l’École Nationale Supérieure de Cinéma de Téhéran.