Seminar: Les voies des images. Massimo Leone, Marion Zilio; 15/10/21 Villa Arson

Visages, serendipité et intelligence artificielle
Massimo Leone – Università di Torino/University of Shanghai

L’intelligence artificielle appliquée aux images complexes relève d’un défi : conçue avant tout selon le modèle narratif de la trajectoire, elle peut facilement gagner n’importe quelle partie d’échecs avec un humain, mais elle est en difficulté en conduisant une voiture, du moins pour le moment. En effet, appliquer la logique déductive ou inductive à des systèmes extrêmement complexes peut donner lieu à des obstacles insurmontables. La sémiotique, qui hérite de la sagesse de la sérendipité orientale à travers le filtre de la philosophie moderne de Voltaire, Peirce, Eco, entre autres, peut jouer un rôle fondamental dans la refonte de l’intelligence artificielle contemporaine, qui devra nécessairement inclure une réflexion sur la sérendipité, et donc sur l’abduction, pour relever les défis de systèmes complexes et, notamment, de la « vision artificielle ». La conférence retracera l’histoire de la philosophie de la sérendipité, mettant en évidence l’importance qu’y joue un élément en particulier, le visage, à partir d’un portrait de femme adoré par l’écrivain anglais Horace Walpole — inventeur du mot « sérendipité » — jusqu’à aux visages perçus, lus, et interprétés par l’intelligence artificielle contemporaine.

Massimo Leone est ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’École de France à Rome, docteur de l’EPHE-Sorbonne, Professeur de Sémiotique, Sémiotique visuelle, Sémiotique de la Culture et Philosophie de la Communication auprès du Département de Philosophie de l’Université de Turin et Professeur à temps partiel de Sémiotique auprès du Département de Langue et Littérature Chinoises, Université de Shanghai, Chine. Auteur d’une quinzaine de volumes, éditeur d’une quarantaine d’ouvrages collectifs, auteur de près de cinq cent articles dans des revues scientifiques, professeur invité dans les cinq continents (Professeur invité à la Sorbonne, au Collegium de Lyon, au Centre d’Études Avancées de Paris-Seine). Bénéficiaire d’un financement ERC « Consolidator » (2019-2024)

Visage-Monde
Marion Zilio – Docteure en esthétique, critique d’art

Jamais le visage n’a été aussi représenté et solidement installé dans l’histoire de l’humanité ; jamais, simultanément, il n’a paru aussi menacé par le vide existentiel et la prédation algorithmique. Au sein de cet obscur écartèlement, le visage semble fonctionner contre lui-même en se consumant du dedans. Or, il n’est sans doute plus question de dedans ni même de dehors, mais de milieu, d’écologie ou de flux auxquels il s’agit de coller, de s’adapter, voire de suivre les modulations imperceptibles… Des masques aux selfies, de la physiognomonie à la reconnaissance faciale, l’histoire du visage est l’histoire d’une invention qui s’ignore. Objet de « réflexion », au double sens du terme, le visage demeure un moyen d’accéder, voire d’anticiper, les paradigmes d’une époque.

Marion Zilio est autrice, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante.
Docteure en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, elle est l’autrice de Faceworld. Le visage au 21e siècle (PUF, 2018 ; Polity Press, 2020) ainsi que Le livre des larves. Comment nous sommes devenus nos proies (PUF, 2020). Elle enseigne actuellement à l’Université de Paris 8 dans l’UFR Art, Philosophie et Esthétique et a été professeure invitée à l’École Nationale Supérieure de Cinéma de Téhéran.