André Gunthert: La sacralisation documentaire. Les voies des images/Villa Arson, le 18 octobre

La sacralisation documentaire

André Gunthert

La capacité à constituer une archive fait partie des premières propriétés attendues de la photographie. La théorie du médium a largement mobilisé ce modèle pour définir la nouveauté des images d’enregistrement. Pourtant, les industries culturelles pratiquent de nombreuses formes de réemploi qui banalisent le document sans lui conférer la distinction de l’archive. A quelles conditions une image accède-t-elle à ce statut d’exception ? Conférer le poids du réel à une trace est d’abord un travail du discours. La création d’un effet de présence passe par une sacralisation du document, construite sur l’inaccessibilité de sa source. Quand l’image devient le seul moyen de faire lien avec un passé disparu, elle accède à un statut proche de la relique.

Enseignant-chercheur à l’EHESS, André Gunthert est historien des cultures visuelles. Spécialiste des médias d’enregistrement, de l’édition illustrée et des cultures populaires, il a fondé et dirigé la revue Études photographiques (1996-2017). Auteur de L’Image partagée. La photographie numérique (Textuel, 2015), il prépare un ouvrage consacré à la culture des images ordinaires.



Citer ce billet
Matteo Treleani (2022, 16 septembre). André Gunthert: La sacralisation documentaire. Les voies des images/Villa Arson, le 18 octobre. Crossing Borders Archives. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ne67

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search